24 février 2014

Mon moi.

Mon moi, l’image dans le miroir que j’évite de croiser. Sept ans, c’est pas rien, mon vieux. On en a fait du chemin, et pas que du beau. Si j’en viens à nous imaginer nous deux, je pense à l’Islande, parce que c’est elle qui nous a vraiment connu, en travers d’une rivière, les roues embourbées, à croire qu’on ne s’en sortirait jamais, ou au beau milieu d’un désert lunaire, dans un silence qu’on ne connaitra plus jamais que là-bas. Le truc genre « tu mets trois boules Quiès l’une sur l’autre, et tu vois ce qui se passe. »... [Lire la suite]
Posté par elyvonkernen à 01:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2014

Soeurette.

Ma mère, elle est géniale, elle est capable de te dire sans vergogne aucune que sa préférée c’était l’autre, ta sœur, celle que tu aimes bien évidemment plus que toi-même, et ce pour tout ta vie, parce qu’elle est mieux, juste. Mieux parce que plus raisonnable, et puisqu’elle lisait des livres aussi, alors que toi tu courrais après les corbeaux, dans les champs de maïs qui ne manquaient pas de te faire des sillons sur la peau au passage. Coupant le maïs. Garçon manqué la petite. Mais la préférée de papa, et bim, dans ta tronche. Ben... [Lire la suite]
Posté par elyvonkernen à 23:52 - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 février 2014

Un oiseau baleine, pour lui mettre du sel sur la queue.

Ma sœur fête ses trente ans, j’en ai trois de moins, mais putain, ce que je me sens vieille tout à coup. Sinon, c’est un jour comme les autres, de semaine certes mais en fait on est toujours en week-end nous Michel ? On vaque, on crée, on boit, on cause, on invente la vie du mec en face qui nous fait chier parce qu’il a un balcon, et parce qu’il commence à nous les briser menues avec son store. Et puis son bonnet c’est même pas un Chanel je suis sûre. Quitte à avoir un balcon, mieux vaut éviter le duo bonnet-jogging, parce... [Lire la suite]
Posté par elyvonkernen à 23:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2014

Mon mien, mais un autre.

Il m’a quittée, une redite version spéciale de la fois dernière. Quand on vient de se faire laminer le poignet par un connard qui prend son portable en otage pour montrer qui c’est le plus fort, qu’on hurle comme un putois à qui veut bien l’entendre qu’on a besoin d’aide sur une avenue nanterroise, que des cyclistes se retournent et qui tracent leur route sans vergogne, qu’on vient de se faire insulter de tous les noms d’oiseaux avec la goujaterie de celui qui ne sait pourtant pas mettre deux mots à la suite. Là on reprend le cours... [Lire la suite]
Posté par elyvonkernen à 23:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2014

Lui.

Lui, il pourrait être mon père, en plus vieux. Ses « ma chérie » sont à cheval entre tendresse filiale et complexe d’Oedipe. Lui, c’est mon whisky coca les fois où ça va pas trop, et qu’il y a toujours trop de stations sur la ligne 5 pour arriver rue Sedaine. Et que celles du retour rue Jeanne d’Arc sont encore plus cruelles et titubantes. Avec lui, on rythme à coup de pied le son de l’Aventurier, avec des histoires de Bob Morane et autre chacal. Quand je lui parle de mes affaires aortiques semblables à des petites morts ou des... [Lire la suite]
Posté par elyvonkernen à 23:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2014

Higelin & co.

Cette soirée, c’était Jacques Higelin qui dit à Isabelle Adjani qu’il ne peut plus lui dire « je t’aime », c’était Mano Solo qui se prostitue pour sa dope bien au chaud au creux de son bras. Cette nuit elle a commencé sur un malentendu, quand blasée d’une soirée à la con, on rentre seule chez soi, et qu’on se fait alpaguer par deux inconnus qui proposent d’aller s’enivrer davantage dans un haussmannien qui surplombe Sainte Geneviève avec un peu plus loin Notre Dame. Il faut ouvrir les grandes fenêtres et les caler avec... [Lire la suite]
Posté par elyvonkernen à 23:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]