Ely2014-000

J’ai plus que la playlist qui commence à avoir de la gueule, pour me rappeler à quoi tu ressembles. Heureusement qu’il y a Michou pour me dire qu’il est beau comme un Dieu, j’ai presque oublié. Et même que quand il me parle de sa barbe bien taillée, je sais même plus qu’il en a une. Le mec c’est un parfum de violette, on peut le choper qu’une fois. J’espère qu’il va pas fourrer son nez sur ma page Facebook pour en déduire trop rapidement que je suis frappée du citron. Passe ton chemin chéri, un jour tu sauras.  Ca sent le traquenard amoureux tout ça, et de ton absence j’arrive même pas à en faire des lignes d’écriture. J’ai rien à dire, mais écrire c’est ce qu’il me reste, alors on essaie. « Je vais et je viens entre deux riens ». A quand la prochaine connerie avec Michou ? A quand le ti punch avec l’Olive, à quand un texto qui veut dire que tu penses un peu à moi ? A quand que je te susurre « La corrida » collés l’un à l’autre avec tes cheveux sur mes doigts ?
« Tu délaces pas ? » Que je lui dis alors qu’il vire ses pompes d’une traite, sans précaution aucune, un peu à l’image des cendres qui finissent toujours sur son pull ou sur mon parquet.
« Non, moi j’enlace. »
Mouais, quand tu veux d’ailleurs.
Putain, Sainte Bernadette, faut qu’elle m’aide, qu’elle te dise en douce que je suis quelqu’un qui mérite peut-être plus que tu ne le crois. Perso, j’en suis pas convaincue, mais quand t’es là, c’est quand même vachement bien, je suis sûre que tu le sais aussi.
Ta présence a des vertus que ton absence ne connait pas.