29 avril 2014

Mon iou.

Claude Gueux, et compagnie. Caro, jadis ma meilleure amie. Y en a qui font une halte là, et qui ont la faculté de te toucher, parce que c’est des souvenirs, des émotions, des fourires, des partages que tu trimballes avec eux, et qui, s’ils ne sont pas dans un coin de ta tête, tu serais sûrement malheureux. Dans la même journée tu parles de ce truc de Hugo que t’as dû lire en troisième au collège Anne Cartier, martyre décapitée, et même que tu séchais le caté alors que t’aurais dû y aller. A l’époque tu savais pas. Puis avec Caro on... [Lire la suite]
Posté par elyvonkernen à 01:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 avril 2014

La boutanche.

  Le temps, ouais le temps. Olive me dit qu’il faut pas que j’écrive bourrée, ça me dessert, c’est moins bien, je dois bouffer des mots, je fais de mon mieux. J’aime l’idée moi. Ecrire un peu pétée, c’est être plus loin, loin de moi je suis bien. Il est où ce truc, c’est beau, c’est pas trop con, ça a de la gueule, pour certain, pour moi ça en a moyen, je crains. Je m’en branle, j’y loge des illusions.  Qui a envoyé ça ? Il a du talent, il s’appelle pas P-A, il a du talent, il me lit, je le remercie. Je suis bourrée,... [Lire la suite]
Posté par elyvonkernen à 00:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 avril 2014

Après toutes ces années.

Il part, retraite, avec l’abbé, avec les moines, prières et conférences, il a ce je ne sais quoi de talentueux, lui, il a pas mis un anneau pour rien à mon doigt. Il me parle de cet endroit où je ne voulais pas être, où je ne voulais pas vivre, après immature réflexion et il s’y est fait des amis. Il vaque, il me raconte, on s’appelle de temps en temps en se demandant comment ça va, en amis, en frère, parce que c’est ce qu’on a toujours été, mais quand j’entends « oublie moi », je me dis qu’il y en a qui devrait aller se... [Lire la suite]
Posté par elyvonkernen à 22:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 avril 2014

Stromboli, partie 3

'La neige elle est trop molle.' Riton qui me prend pour Josiane Balasko dans les Bronzés font du ski parce que je râle un peu trop. 'J'y vais mais j'ai peur.' Haha. J'avoue je râle un peu quand quelque chose me plait pas, mais je m'extasie quand le contraire se produit. Un peu manichéenne, voire bipolaire, je m'interroge. Le sourire des gens sur le ferry à l'approche de l'arrivée. le visage rougi par un soleil naissant. La mine fatiguée mais excitée de ceux qui ont passé la nuit à essayer de dormir, en vain, sur le pont. Et qui... [Lire la suite]
Posté par elyvonkernen à 20:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 avril 2014

Stromboli, partie 2.

Sur la terrasse au sommet de l'hôtel, je griffonne sur les papiers chipés à la réception avec un stylo bille et je sens que je vais dessiner une tête de plus, qui ressemblera à toutes les autres. De fait, le crayon gribouille un truc vite fait, qui ressemble à personne et je pense à celui qui m'a sorti la dernière fois: 'Ca ressemble à quelqu'un ça.' 'Ah bon, à qui? A moi?' 'Non on dirait moi.' Ben non c'était pas toi, et dans l'idée c'était plutôt une fille, avec un peu la même coupe que moi d'ailleurs. Alors je veux bien penser à... [Lire la suite]
Posté par elyvonkernen à 00:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2014

Stromboli partie 1

On est là, sur le Stromboli, au soleil la terrasse de l'hôtel Brasile, avec ses murs blancs à la grecque et le bleu de la mer à l'horizon. Les fumerolles du volcan captivent l'attention des 5 mecs qui me font front. Je tourne le dos au cratère, mais le soleil me réchauffe après une nuit à tenter de dormir sur le pont de bateau. J'ai pleuré, vachement, de fatigue, de dépit, avec le sentiment d'abandon qui me prenait quand je partais en classe de neige ou de découverte au primaire. Crise d'angoisse chronique qui s'empare de moi et... [Lire la suite]
Posté par elyvonkernen à 20:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 avril 2014

Yvonne Kernen

"Fais par ton larvé." Seuls les initiés peuvent saisir la portée d’une telle phrase. S’ils l’envisagent pas comme une insulte, c’est qu’ils ont rien compris. Ceci dit, y en a qui devraient savoir que je rigole à moitié aussi un peu. Et la légèreté sera alors de mise. Trouver des mots codés, c’est un peu pour pas froisser ceux qui passent sur ce chemin, sur le mien, parce que c’est ma vérité ici. Et je me dis que si je raconte pas, je me renie. C’était bien avant-hier, je crois qu’on a fêté ça comme il se doit non ? A parcourir... [Lire la suite]
Posté par elyvonkernen à 17:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 avril 2014

Ce jour et demain.

Reglinguée, pas déglinguée. Qu’est-ce qu’il faudrait pour te reglinguer ? Je sais pas. On fera pas la blague de « Je sais PA », parce que j’en ai marre, parce que tout à l’heure, j’avais peur de me foutre sous le métro, mais c’est pas que genre j’avais envie d’y aller, non, c’est que j’avais peur qu’un autre moi y aille. Parce que c’est souvent l’autre moi qui parle à ma place, qui écrit plein de sms pour dire la même chose, qui radote à n’en plus finir sur je ne sais quel sujet qui culmine au centre d’une monomanie... [Lire la suite]
Posté par elyvonkernen à 01:47 - Commentaires [3] - Permalien [#]
14 avril 2014

Sympathie, bouffe, violoncelle et compagnie.

Hier je devais rencontrer les mecs du Stromboli, genre… genre on devait être 18 et genre y avait quelques filles. Non non. En fait non, mais c’est pas plus mal. Ceux qui passent dans le coin et qui me connaissent savent que j’ai pas d’amiE, parce que ça m’intéresse guère et que la présence masculine m’est à peu près indispensable. Glen, (alias Michou), l’Olive, Gaspi, et puis aussi J-B, Riton, quelques-uns qui comptent mais que je cite pas, vous m’êtes précieux, entre ceux qui m’appellent Clou ou Clochette, je vous aime, tous. Et... [Lire la suite]
Posté par elyvonkernen à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 avril 2014

Remise de diplôme. Hum.

  T’as l’autre qui se met à raconter sa life en mode discours en bas de l’amphi, puis tous les profs qui se mettent à nous dire qu’on est l’élite avant-gardiste de la nouvelle psychanalyse, avec une prétention légèrement exacerbée, t’as le mec avec son nœud pap’ qui s’est cru à son investiture à la présidence, la greluche qui pourrait répondre quand je lui propose de s’installer à côté, la petite hystérique qu’on pourrait rebaptiser salope : pas de doute, on est bien à la remise des diplômes de psychologie à l’UFR d’études... [Lire la suite]
Posté par elyvonkernen à 12:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]