Le ménage d'un printemps tardif qui a attendu le début de l'été pour s'acter en bonne et due forme.
La forme alambiquée d'un truc improbable que j'aurais pas vraiment pu anticiper, soupçonner.
Soupçon manquant, peau de saucisson, mêlé à espoir, foi et conviction : je ne pensais pas.
Penser m'échappe souvent, quand sentiments, émotions, désirs, désarroi se mêlent au présent festif et vivant.
Vivre, comme être porté, sentir que la pseudo maitrise, toujours indécise, on a bien envie de la procrastiner, oublier de trop méditer, de tout contempler... Et Apprécier.
Apprécier mais jusqu'à quand accepter de supporter à défaut de se réveiller?
Eveil forcé, pendule à l'heure, table rase, compteur à zéro, recommencer, repartir.
Partir de plus rien, jouer à 'un, deux, trois, soleil ', à vos marques prêts, partez.

La vie double face. Vase communiquant. Quand le bonheur des uns fait l'aigreur des autres.
#jeneveuxaimerquetoi